Systèmes BSD


FreeBSD

Le site FreeBSD Fr -- Les applications du bureau -- Les Ports FREEBSD.

FreeBSD s'est offert une seconde jeunesse en récupérant les composants les plus intéressant du projet OpenSolaris. ZFS est devenu le système de fichiers par défaut, le système d'installation pkg avec ses environnements de boot étroitement lié à ZFS est devenu l'installeur par défaut. Dtrace a également été adopté.

Pilotes pour FreeBSD

TrueOS

Cette distribution basée sur FreeBSD se décline en version serveur et en version Desktop et uniquement pour l'architecture x86 64 bits.

Le site TrueOS.

GhostBSD

Cette distribution dérivée de FreeBSD se décline en version serveur et desktop.

Le site GhostBSD.

NetBSD

Cette distribution orientée serveur et réseau se décline en versions 32 et 64 bits. Elle est disponible pour un grand nombre d'architecture actuelles ou ayant existé. Il est donc possible d'installer NetBSD sur la plupart des vieux serveurs comme sur du matériel récent.

Le site NetBSD.

L'ajout d'un desktop comme KDE ou XFCE est possible via le portage de ces logiciels et de toutes les dépendances requises.

OpenBSD

Cette distribution orientée serveur et sécurité est un fork de NetBSD datant de 1995. Elle se décline en version 32 et 64 bits. Elle est disponible pour plusieurs architecture actuelles.

Le site OpenBSD.

L'ajout d'un desktop comme GNOME ou XFCE est possible via le portage de ces logiciels et de toutes les dépendances requises.

Darwin

Le site opensource d'Apple.

Historique simplifié et influence

La famille des systèmes Unix/BSD (Berkeley Software Distribution) est initialement dérivée du système Unix Edition 6 mis au point par les chercheurs des laboratoires Bell de la société AT&T au milieu des années 70. Unix était alors distribué pour quelques centaines de $ aux Universités. L'une d'elles, l'université de Berkeley a significativement contribué dans la fin des années 70 à améliorer Unix Edition 6 en implantant les protocoles de base de l'Internet (IP, ICMP, UDP, TCP, ARP, etc.) et à fournisant avec quelques autres les premiers protocoles applicatifs, TELNET, FTP, TFTP, SMTP, DNS, LPD et les applications associées telnet, ftp, sendmail, named, lpd/lpr etc. Elle a également introduit un certain nombre d'ajouts fondamentaux comme la gestion de la mémoire virtuelle, le fast file system et les quotas disques ou des utilitaires ligne de commande comme l'éditeur ex/vi, et le C shell.

Les versions Unix/BSD 4.X sont devenues populaires et ont été adoptées par les universités et un certain nombre de constructeurs informatiques. Les OS Ultrix de DEC, SunOS 3 et 4 de Sun Microsystems, NEWS-OS de 1.x à 4.x de Sony ont été des dérivés directs de BSD 4.2 et BSD 4.3.

De même, les systèmes actuels qu'ils s'appelent MacOS X, iOS, Linux, Android sont à des degrés divers les héritiers des Unix/BSD des années 90. MacOS X repose sur le système Darwin un dérivé de MACH lui même dérivé de BSD. Il emprunte toujours de nombreuses briques des systèmes BSD actuels et de GNU/Linux. De son côté Android repose sur un noyau Gnu/Linux adapté aux caractéristiques matérielles des smartphones. De son côté GNU/Linux, un clone d'Unix a utilisé pendant plusieurs années la pile TCP/IP de BSD.

Windows de son côté a aussi emprunté le code TCP/IP et quelques utilitaires BSD pour rattraper son retard et permettre aux PC d'accéder à Internet. Les commandes BSD netstat, ping, tracert, nslookup sont des emprunts au code Internet de BSD. Aujourd'hui les Box d'Orange, de Free et de très nombreux équipements réseau utilisent un système Linux ou issu de la famille BSD.

Les systèmes Unix, Linux et BSD en particulier puisqu'il est le premier à offrir les services Internet ont joué un rôle majeur et ont permis le déployement d'Internet. BSD plus que tous les autres a façonné le paysage informatique actuel.

A la version BSD 4.3 (juin 1986) ont succédé des versions intermédiaires. 4.3BSD-Tahoe (juin 1988) a eu pour objectif de séparer le code indépendant du matériel du code dépendant pour faciliter le portage d'Unix/BSD sur les nouvelles architectures à base de microprocesseurs.

Suite au développement par AT&T de versions commerciales dérivées d'Unix Edition 7, nommées Unix System III, puis Unix System V, les frais d'acquisition d'une license source auprès d'AT&T sont devenus exhorbitants et obligatoires pour pouvoir utiliser Unix/BSD. La décision de supprimer le code AT&T a conduit à publier en juin 1989 a un premier code incomplet appelé Net/1 constitué de l'ensemble des contributions de BSD à l'Unix Edition 7. Le code étant fourni sans charges a permis d'implanter TCP/IP dans la quasi totalité des OS, Windows et Unix System V compris.

En attendant Net/2 est publiée début 90 une version appelée 4.3BSD Reno. Elle rajoute à BSD 4.3 la gestion de la mémoire virtuelle récupérée dans le système MACH développé par l'université Carnegie-Mellon et un clone de NFS développé par l'université Canadienne de Geulph.

Net/2 (juin 1991) se consacre à reécrire les utilitaires Unix et à supprimer le code appartenant à l'édition 7 d'AT&T de manière à faciliter la distribution du code BSD. Le projet abouti mais un petit nombre de fichiers d'AT&T sont encore présents. Net/2 est à l'origine de 2 portages pour processeurs Intel 80386. Le premier 386BSD, sera ultérieurement renommé NetBSD (1993). Le second BSD/386 est commercialisé par BSDi sera renommé BSD/OS. Il sera à l'origine d'un procès qui durera 2 ans et conduira à un arrangement favorable à BSD. Parmi les quelques 20000 fichiers, BSD devra supprimer 3 fichiers et rajouter des Copyright dans 70 autres. En contre partie AT&T devra abandonner toute poursuite pour la version BSD 4.4 à venir. Cette version appelée 4.4BSD Lite sera publié en juin 1994 et suivie en juin 1995 de BSD 4.4-Lite version 2. Elle est de fait la brique de base qui a servi de point de départ pour les trois distributions orientées serveur appelées actuelles respectivement FreeBSD, NetBSD et OpenBSD. NetBSD développera rapidement les fichiers supprimés (ils étaient 6 initialement). Ces versions serveurs peuvent être complétées d'un bureau en utilisant le portage des bureaux Gnome, KDE, etc. Cette dernière opération n'étant pas forcément évidente, 2 distributions plus orientées utilisateur ont été produites. Toutes deux sont basées sur FreeBSD. Il s'agit de GhostBSD et de TrueOS. D'autres versions sont dérivées de FreeBSD, citons par exeple FreeNAS et JunOS le système de Juniper Networks.

L'arbre généalogique de 1970 à nos jour de tous ces systèmes est maintenu sur ce site.